Morgan Jarvis

Juriste d’entreprise senior

Diplôme:

Common Law

Langue:

Anglais

Expérience:

Depuis: 2013

Expertise:

Regroupement d’entreprises et dessaisissement

Droit des affaires

Droit des sociétés

Droit commercial

Droit corporatif

Fusions et acquisitions, cessions

Propriété intellectuelle / technologie

Protection de la vie privée

Pratique en

Nouvelle-Écosse

, Ontario

Morgan Jarvis

Juriste d’entreprise senior

Son profil

« J’admire les entrepreneurs qui savent reconnaître une opportunité, qui ont une vision, et qui ont le courage de démarrer une entreprise et de prendre des risques », déclare Morgan Jarvis, un ancien rameur olympique. « À bien des égards, ils ont le même dynamisme qu’un athlète. Ça demande énormément d’efforts, et ils y consacreront leur vie. »

Morgan sait de quoi il parle. Depuis l’âge de 12 ans et tout en poursuivant des études en droit à l’Université Queen’s, il a maintenu un régime d’entraînement strict pour se préparer aux Jeux olympiques de Londres de 2012. « J’avais de gros sacrifices à faire pour franchir chaque étape afin de réaliser mon objectif », raconte-t-il. « Je pense que cela explique en partie pourquoi j’ai autant de respect pour les entrepreneurs et que je veux les aider. »

Fort d’une formation en médecine moléculaire, Morgan a axé sa pratique de conseiller juridique d’entreprise sur la commercialisation de l’innovation scientifique, les technologies et la propriété intellectuelle. En tant que directeur fondateur de deux entreprises en démarrage en technologie médicale, il peut également mettre à contribution de précieuses connaissances commerciales acquises dans le monde réel. « Lorsqu’on comprend la situation dans son ensemble, on peut être beaucoup plus créatif en donnant des conseils juridiques », dit-il.

Optimiste et collaboratif de nature, Morgan adore aider les nouvelles entreprises à développer des marques et des stratégies de marque solides pour soutenir leurs objectifs commerciaux.

En dehors du bureau, Morgan fait du plein air avec sa jeune famille, de la course sur sentiers ou de l’aviron. Il aime aussi rénover de vieilles maisons.

Son parcours

Après avoir terminé sa maîtrise ès sciences en pathologie et médecine moléculaire, Morgan s’est inscrit en droit à l’Université Queen’s et termine actuellement le programme de MBA pour cadres offert par Queen’s et Cornell. Rameur de l’équipe nationale canadienne lors de plusieurs championnats du monde de 2004 à 2012, il a également participé aux Jeux olympiques de 2012 à Londres. Il a exercé en pratique privée à Ottawa dans l’un des plus importants cabinets d’avocats en propriété intellectuelle et en technologie commerciale au Canada avant d’œuvrer à l’interne à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa en 2015. En 2017, il a accepté le poste de directeur de la Queen’s Business Law Clinic, qui fournit une gamme de services juridiques gratuits à des entreprises en démarrage principalement en technologie. À Ottawa, il a cofondé Realize Medical Inc., une jeune pousse en imagerie médicale misant sur des logiciels innovants de RV et d’IA, ainsi que Genvira Biosciences Inc., une entreprise de recherche et développement pour le traitement du cancer. En 2020, il a déménagé à Halifax et s’est joint à Simplex Legal en tant que conseiller juridique principal.

Entrevue avec Morgan Jarvis

Les fondateurs de jeunes entreprises technologiques devraient-ils s’inquiéter des problèmes juridiques ? Ou devraient-ils simplement de se lancer et tenter de conquérir le marché ?

En fait, il faut être conscient des risques et s’informer de manière appropriée. Bien sûr, on peut décider de se lancer le plus vite possible, ce qui est tout à fait valable. Et franchement, c’est ce que font la plupart des entreprises en technologies, car le premier arrivé a toujours l’avantage. Mais il faut le faire en sachant qu’on pourrait devoir renoncer à certains droits de déposer un brevet, surtout si on a divulgué publiquement le secret de la sauce derrière notre brillante idée. Il est probablement sage de consulter un professionnel du droit au plus tôt afin d’évaluer les problèmes qui pourraient survenir. S’il s’agit d’un élément essentiel de votre modèle commercial, vous souhaiterez évidemment le protéger. Ou peut-être pas. L’autre chose à ne pas négliger est la protection de la marque. L’un de mes domaines préférés est la stratégie de marque, et j’adore discuter avec les clients pour savoir s’ils ont avant toute chose choisi une bonne marque qu’ils peuvent protéger.

Comment les entreprises devraient-elles aborder la protection par brevet ?

Idéalement, on veut obtenir un brevet pour avoir un monopole beaucoup plus large sur la technologie qu’elle couvre que celui offert par d’autres formes de protection. Mais les entreprises doivent comprendre qu’il est difficile de breveter un logiciel – même si c’est possible lorsque celui-ci est intégré à un système physique qu’on a développé. Mais si vous avez uniquement du code logiciel et des droits d’auteur, d’autres pourraient développer leur propre code accomplissant la même chose. On peut également considérer la protection du secret commercial comme un moyen de préserver la confidentialité de ses méthodes et processus, et ce, éternellement. La protection du secret commercial se prête très bien aux systèmes logiciels, en particulier à l’IA et toutes ces données précieuses sur lesquelles ils reposent.

Qu’en est-il de la confidentialité ?

Se familiariser avec les lois sur la protection de la vie privée est important pour presque toutes les entreprises du monde numérique d’aujourd’hui. On met beaucoup l’accent maintenant sur les données, car les applications commerciales de ces données ont beaucoup de valeur. En prenant à nouveau l’exemple de l’IA, on pourrait avoir besoin d’un accès et d’un consentement pour utiliser des données personnelles ou les données des patients dans un contexte médical. Les lois ayant un impact sur la protection des données, les renseignements personnels et les renseignements sur la santé ont une incidence sur de nombreux modèles commerciaux.

La technologie de pointe repousse toujours les limites de ce qui est légal et de ce qui ne l’est pas. Les entreprises doivent s’assurer de respecter les limites ou de les franchir juste assez pour les faire bouger. Ensuite, elles doivent à nouveau rester conformes lorsque la loi rattrape son retard. La modernisation imminente des lois canadiennes sur la protection des données en est un bon exemple. Quelle que soit la législation en vigueur, il faut toujours de toute façon respecter les consommateurs et leurs attentes. Et puis, la technologie n’est pas nécessairement soumise aux frontières juridictionnelles, donc lorsqu’on arrive dans d’autres marchés et qu’on manipule des renseignements personnels, les obstacles à franchir pourraient être complètement différents, comme ceux du RGPD.

Pourriez-vous donner quelques exemples d’activités et de passe-temps que vous pratiquez ?

Passer du temps en plein air en famille, faire de la course sur sentiers, faire de l’aviron, rénover des maisons et aider les entreprises en technologie médicale à se mettre en marché.

Écrivez sur une réalisation personnelle ou professionnelle dont vous êtes fière.

Je suis particulièrement fier des années d’entraînement qui ont abouti à ma participation aux Jeux olympiques de 2012. Je suis également fier de mes études universitaires. J’ai une maîtrise ès sciences en pathologie et médecine moléculaire, un diplôme en droit et je termine bientôt le programme de MBA pour les cadres américains offert par Queen’s et Cornell.

Pourquoi joindre Simplex ?

Ayant travaillé à la fois dans des cabinets d’avocats et en entreprise, j’ai développé une préférence pour les départements juridiques. Travailler au sein de l’équipe commerciale, examiner les questions juridiques et fournir des conseils pratiques dans ce contexte est beaucoup plus intéressant et satisfaisant. Simplex offre l’opportunité unique de toucher à un éventail de dossiers stimulants et intéressants pour divers clients, mais à l’interne. Le modèle d’affaires de Simplex a tellement de sens pour moi et offre une expérience de travail plus enrichissante que les cabinets d’avocats traditionnels. Je crois vraiment à la valeur ajoutée et au service que nous offrons.

Selon vous, en quoi le modèle de Simplex est-il plus attrayant et plus avantageux pour nos clients ?

La flexibilité et la réduction des frais généraux sont une combinaison gagnante tant pour les avocats que pour les clients de Simplex. Ceux-ci profitent d’un accès à un ensemble de professionnels chevronnés aux parcours et aux expertises variés, autant et quand ils le souhaitent, et à un taux considérablement réduit.